Inspirations web #4 : Design vert

J’ai bien l’impression que je vais vous passer toutes les couleurs en revue ! Après le bleu la semaine dernière, on passe au web design vert !

Le vert, couleur tonifiante et rafraîchissante, le vert est aussi une couleur apaisante qui apporte une certain harmonie. C’est avant tout la couleur de l’espoir (mais vous le saviez déjà, non ?) et on l’attribue souvent au hasard, au destin, à la chance (les tables de jeux sont vertes). Evidemment on ne peut pas penser vert sans songer à la nature, les feuilles, la verdure, le printemps et l’écologie.

J’arrête là mes délires chromatiques pour faire place à quelques jolies réalisations qui ne manqueront pas de vous inspirer :

Alex Buga

image

Logo Labs


image

cromulent design

image

SprintBio

image

mint

image

sprouter

image

cgalvin.com

image

FreeGobbler

image

elmwood

image

blymp

image

Idiotisme chromatique

Un idiotisme est une construction ou une locution particulière à une langue. En général, elle est intraduisible mot à mot, et il peut être difficile voire impossible de la rendre fidèlement dans une autre langue. Vous l’aurez compris, un idiotisme chromatique est un idiotisme en rapport avec les couleurs.

  • « être vert » : avoir un sentiment de déception voire d’injustice (être dégoûté)
  • « avoir la main verte » : être bon en jardinage
  • « se mettre au vert » : aller se reposer dans un endroit tranquille, à la campagne.
  • « en voir des vertes et des pas mûres » : subir des épreuves très difficiles.
  • « être vert de rage » : être particulièrement en colère.
  • « donner le feu vert à quelqu’un » : l’autoriser à entreprendre un projet.
  • « chou vert et vert chou » : la même chose ; se dit de deux situations totalement équivalentes.

Comment gagner beaucoup plus qu’avec Adsense

imageComme beaucoup de Webmaster, j’ai utilisé les programmes Adsense (et d’autres plate-formes d’affiliation) pour “rentabiliser’” certains sites. A une époque je pensais même pouvoir en tirer des bénéfices conséquents. Toutefois il ne faut pas rêver, a part quelques “happy few” avec un très fort trafic, vous ne gagnerez jamais plus de quelques euros à la fin du mois. Si votre objectif est de gagner de l’argent (votre vie?) sur le net, il vous faudra imaginer d’autres solutions.

Je vois beaucoup de jeunes webmasters et/où éditeurs de sites (parfois mes clients) persuadés qu’en plaçant quelques liens d’affiliés (en provenance d’Adsense ou d’autres plate-formes) vont devenir riches ou, tout du moins, bien arrondir leurs fins de mois ; cela même avant que leurs sites ne dépassent les 50 visiteurs / jour, autant dire des sites avec un trafic quasiment nul.

D’autres encore, s’amusent à créer pleins de sites de niches, les liants entre eux, écrivant quelques articles, s’essayant au “content spinning” et autres techniques du Mal pour augmenter le trafic d’un ou plusieurs sites et, ensuite, espérer en dégager quelques euros. Certains “black hat” iront même jusqu’à vous faire croire qu’il s’agît d’un business model rentable, sans jamais vous présenter le moindre site fonctionnant (rentable) ainsi…

La meilleure façon de faire de l’argent en ligne n’est peut être pas celle que vous croyez

Comme le disait très récemment Johnny B. Truant dans un article paru sur CopyBlogger. Prenez quelques minutes et cherchez sur Google quels sont les moyens de faire de l’argent en ligne. La plupart des sites/experts/gourous vous diront de vous inscrire sur Adsense (ou une autre plate forme d’affiliation), trouver des mots clés, une niche puis d’essayer d’obtenir un peu de trafic.

Ne rêvez pas, gagner de l’argent sur la toile de cette manière est l’apanage de quelques rares chanceux. L’auteur nous gratifie également de quelques raisons qui font qu’il n’aime pas placer Adsense au cœur d’un business model :

  • Ce n’est pas un business model
  • Cela n’apporte aucune valeur ajoutée
  • C’est en contradiction avec la façon dont le net est censé fonctionner
  • C’est anonyme
    En Anglais ça donne :

It’s not a business model. Any time you can talk about “monetization,” you’re probably not talking about a real business because “monetizing” a business is redundant. “Monetizing” is slapping a moneymaker on top of something that doesn’t naturally produce income. The way that 99.99% of people dive into AdSense, they’re simply putting something out there and waiting for the dollars to roll in. There is no real planning, no accounting forecasts, no intention down the road to improve workflow or expand offerings or enlarge the sales funnel, no exploiting the best abilities of yourself and partners to create benefit for others.

It doesn’t add value. Technicalities aside, there is no real product or service in the way most AdSense “make money online” campaigns are run. There is simply arbitrage. You’re not increasing widget sales; you’re trying to make sure more of the existing sales will occur through your ads. I learned my lesson trying to play the stock market (and failing) and then investing in real estate (and failing at an epic level): Sustainable incomes come from using your talents to create value for others, not from gambling and playing the numbers.

It contradicts the way the Net is supposed to work. Yes, yes, I know . . . some people blog in a heartfelt manner about cabinetry and run cabinetry ads, and visitors click them to buy cabinets and the site owner makes money. But most AdSense strategies are all about gaming the system. When I was creating insurance niche sites, I couldn’t have cared less about insurance. I was simply trying to draw traffic away from the legit insurance sites so that people would click on my ads instead of finding an insurance company a different way. That’s not the way that the Web is supposed to work . . . which is to efficiently connect the searcher and what she’s searching for.

It’s anonymous. Few “make money online” strategies will tell you to blog under your own name, include your own picture, and make a big deal about being the guy or gal who created this site. In fact, I spent a lot of my time trying to obscure who I was. Many courses even tell you to use hosting that will generate random, non-sequential IP addresses for each site, so that even Google won’t know that one person owns them all. Anonymity conflicts directly with what I consider to be the most important reasons for my success, which are honesty, authenticity, trust-building, and transparency.

On peut faire mieux, beaucoup mieux

Enfin, cela s’adresse surtout aux personnes souhaitant réellement faire du business sur Internet. Encore une fois, certaines d’entre vous réussirons sans doute à tirer leur épingle du jeu en utilisant les techniques citées plus haut. Toutefois, il s’agît d’une extrême minorité.

Pour les autres, ceux qui veulent vraiment gagner leur vie sur Internet, changez d’optique et essayez de penser “vrai business” :

  • Un business dont vous n’avez pas à vous cacher (byebye le porn et autres sites à la limite de l’arnaque)
  • Un business dans lequel vous échanger votre savoir faire/un service contre de l’argent
  • Un business qui vous passionne
  • Un business qui fait appel à vos capacités dans le but d’aider les autres

Désolé si j’ai brisé les rêves de certains, mais il n’existe pas de formules secrète pour réussir (sur Internet ou ailleurs), vivre de quelques pubs Adsense est un doux rêve.

D’accord, par d’accord ? Une opinion sur le sujet ? Les commentaires sont là pour ça 🙂

Escrocs du web, tremblez !

image Est-il mal de démonter publiquement certains sites (parfois des concurrents) ? Telle est la question que je me pose assez régulièrement en ce moment, surtout, lorsque les sites en question rabaissent la profession ou, pire encore, arnaque directement le client final !

La dénonciation, c’est mal

Il semblerait que dénoncer, voire démonter la concurrence direct n’est pas une pratique très courante en France, sans doute parce que pas très loyale (le français est-il un modèle de fair-play) ? L’éthique nous pousse-t-elle à ne pas trop démonter nos concurrents ? Personnellement je suis plutôt contre les dénonciations publiques, cela tourne vite à la guerre ouverte et termine en dénonciation calomnieuse. Bref, c’est mal.

Malgré cela je dois avouer être un grand fan de la guerre qui a longtemps opposée deux grands fabriquants de soda :

Pour le bien de tous… et pour bien rigoler

Pour le bien de tous, parfois pour bien rigoler, il peut être intéressant d’étaler publiquement la mauvaise foi et les techniques d’arnaques de certains. Cela peut être fait très sobrement, en ne dénonçant personne en particulier, avec un soupçon d’humour et de manière ludique comme ce fut le cas avec l’article ”Le référencement : une manne pour les gourous de l’Internet” paru il y a quelques jours sur le site atelier-informatique.

Très récemment également le site www.webketing.fr nous sortait une compilation “Le Meilleur du Pire des Spécialistes du Web”. Cet article fut également tourné de manière humoristique, par contre ici on balance directement les noms et sites des “pires”, exemple :

Le sujet semble en agacer plus d’un puisque Cyroul nous a également pondu un article (très intéressant) sur les “Neo-experts, post-gourous et wannabe consultants digitaux”. Post dans lequel l’auteur nous fait une dissection de l’effet “expertise spontané” qui fleurit sur les réseaux professionnels.

Les arnaques aux sites web sont également une pratique assez courante, Mathias Poujol-Rost, sur son site Arnaque au site web, donne également de nombreuses informations sur le sujet.

Moi aussi j’ai envie de balancer !

Je le disais en préambule, il m’arrive assez régulièrement d’avoir envie de dire haut et fort ce que je pense tout bas de certains

  • sites (concurrents ou non),
  • plates formes d’affiliation qui vous promettent des richesses,
  • experts improvisés,
  • escrocs du web
  • et plus généralement tout les sites d’arnaques en ligne
  • image

Certaines pratiques me semblent abusives, parfois nuisibles à la profession et, au final, triste pour le client qui payera le plus les frasques de certains margoulins. Bien souvent les sites des pseudos experts feront rires les spécialistes, par contre beaucoup moins les crédules qui y perdront sans doute quelques euros.

C’est donc pour le bien de la communauté (Alléluia) que je m’interroge* quant à la création d’une rubrique qui serait en quelque sorte un bêtisier du pire du web (ou plutôt un exutoire).

* A dire vrai, je crois que je ne m’interroge plus, quelques articles sur le sujet vont bientôt voir le jour.

Tutoriels et exemples htaccess

image

Vous avez besoin de changer la façon dont se présentent vos urls, modifier les droits d’accès à un dossier sur votre serveur ou alors tout simplement faire une redirection ?

Les fichiers .htaccess sont là pour ça et la série de liens figurant dans cet article va vous aider à les manipuler !

Pour les novices, les fichiers .htAccess ça sert à quoi au juste ?

Il s’agît de fichiers de configuration des serveurs web Apache. Ils peuvent être placés dans n’importe quel répertoire du site web (la configuration s’applique au répertoire et à tous les répertoires qu’il contient, qui n’ont pas de tel fichier à l’intérieur) et peuvent être modifiés alors que le serveur est en cours d’exécution.

Comme je le disais dans l’introduction de cet article, on peut les utiliser pour modifier les droits d’accès, créer des redirections, écrire des messages d’erreur personnalisés ou associer les extensions de fichier à des types MIME.

La liste de tutoriels, astuces et exemples pour utiliser les fichiers .htaccess

Pour faire suite à précédent billet sur L’url rewriting pour les débutants, voici une série d’exemples fonctionnels d’utilisation des fichiers .htAccess d’Apache.

Je précise toutefois que l’ensemble des liens présentés ci-dessous sont en Anglais.

Inspirations web #3 : Design bleu

Voici une sélection de sites web ayant choisit comme couleur principale le bleu, la couleur du ciel et de la mer. Il symbolise l’infini, le divin, le spirituel. Il invite au rêve et à l’évasion spirituelle. Par extension, il évoque la paix, le calme, la volupté…

Voici de bonnes sources d’inspiration pour les web designer fans de cette couleur.

thepixel.com/blog

image

yooda

image

Morphix

image

Eric Campbell / Est.86

image

FeedStitch

image

Blackwave Creative

image

StrawPoll

image

Jar Design

image

Vegas Uncorked

image

Idiotisme chromatique

Un idiotisme est une construction ou une locution particulière à une langue. En général, elle est intraduisible mot à mot, et il peut être difficile voire impossible de la rendre fidèlement dans une autre langue. Vous l’aurez compris, un idiotisme chromatique est un idiotisme en rapport avec les couleurs.

  • « un bleu »: un débutant
  • « fleur bleue » : sentimental, romantique.
  • « une peur bleue » : une peur terrible.
  • « un steak bleu » : à peine cuit, très saignant.